L’histoire du maillot de bain

Publié le Mardi 03 septembre 2019
Retour sur la naissance d'une icône
L’histoire du maillot de bain

En plus de cent ans d’existence, le maillot de bain une-pièce a connu son lot d’évolutions. Du costume de bain du début du siècle en passant par son homologue échancré et révélateur, Monaco Marine revient sur la genèse de cet icône de l'été.

 

 

Pour retracer l’histoire du maillot de bain, il faut remonter à la fin du 19ème siècle, lorsque le duo corset-pantalon bouffant était l’apanage des femmes qui souhaitaient s’adonner à la baignade. Un siècle plus tard, la popularité des bains de mer allège le costume de bain, qui est alors codifié par le corps médical : il s’agit alors d’un costume en laine agrémenté d’un bonnet pour la tête.

 

Mais l’on doit sans doute le véritable ancêtre du maillot de bain à la nageuse australienne Annette Kellermann (ci-dessous). En 1907, elle fait parler d’elle en revendiquant le droit de porter un maillot qui épouse les formes du corps, afin de faciliter la pratique de la natation. Elle créé ainsi son propre maillot, alors jugé trop révélateur, bien qu’elle le porte avec des collants épais… Mais l’engouement prend et l’évolution des maillots suit l’émancipation des femmes : quelques années plus tard, ils dévoilent déjà les épaules, le décolleté et les jambes.

 

 

 

 

Si le bikini a bien failli voler la vedette au maillot une-pièce, ce dernier connaît son heure de gloire dans les années 50. Grâce à l’apparition du lycra et des corsets intégrés, il souligne et sublime les courbes, tout en gagnant en popularité, puisqu'il est adopté par des icônes de l’époque, à l’instar de Marilyn Monroe.

 

 

 

 

Dans les décennies suivantes, le maillot se modernise : plus échancré (à l’instar du modèle mythique immortalisé par Farrah Fawcett), il se pare d’imprimés ou de découpes qui subliment toujours plus la silhouette.

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, le statut d'incontournable du maillot de bain n'est plus à prouver. Omniprésent sur les plages, il n'a de cesse d'être réinventé par les marques et créateurs, saison après saison... La preuve en cinq modèles qui lui apportent un nouveau souffle.

 

 

Pour Monaco Marine, Vilebrequin signe un maillot de bain à l'effigie du port de Monaco. L'idée ? Clamer son amour pour la Grande Bleue et changer du classique modèle uni.

 

Maillot de bain Vilebrequin, 255 euros.

 

 

 

 

 

Spécialisée dans le maillot de bain, la créatrice Lisa Marie Fernandez signe un modèle à l'aura disco. Avantage non négligeable, il se dote d'une fermeture éclair sur le devant qui permet d'adapter le décolleté.

 

Maillot de bain Lisa Marie Fernandez, 380 euros.

 

 

 

 

 

Qui a dit que le maillot une-pièce se devait forcément d'être à bretelles ? Certainement pas La Double J, qui lui confère une aura sportive en s'inspirant des combinaisons de surf.

 

Maillot de bain La Double J, 240 euros.

 

 

 

Connue pour ses modèles pensés pour souligner les courbes, la créatrice Yasmine Eslami signe deux modèles intemporels : l'un au décolleté se nouant dans le dos, l'autre qui dévoile un dos nu et se pare d'une couleur bronze pailleté.

 

Maillot de bain "Lana" par Yasmine Eslami, 130 euros.

Maillot de bain "Marisa" par Yasmine Eslami, 130 euros.