Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France

Publié le Jeudi 31 octobre 2019
La militante mène des opérations commando pour protéger les océans
Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France

Depuis sa rencontre avec Paul Watson, fondateur de l’association Sea Shepherd il y a quinze ans, Lamya Essemlali se bat sans relâche. Tout commence en 2005, lorsque la jeune femme rencontre le militant écologiste et lui demande comment elle peut rejoindre le combat. « Si tu es prête à risquer ta vie pour une baleine, alors postule ! », lui répond Paul Watson. Sa réponse positive lui vaut une première mission contre les braconniers dans le parc marin des Galapagos. Trois ans après cette rencontre, elle est nommée présidente de l’antenne française de l’association, qui compte 150 bénévoles.


Face à l’urgence écologique, Lamya Essemlali rejoint le mode d’action de l’association, qui prône des opérations chocs en s’appuyant sur la Charte mondiale de la nature. Celle-ci légitime notamment les interventions des ONG visant à faire respecter les lois de protection de l’environnement lorsque les gouvernements ne les font pas appliquer. Un combat particulièrement pertinent, surtout en France, lorsque l’on sait qu’elle possède 11 millions de kilomètres carrés d’océan, incarnant le second territoire maritime après les États-Unis : « J’aime bien les causes perdues… Et les océans, c’est loin des yeux, il s’y déroule les pires atrocités mais elles passent inaperçues. »

 

www.seashepherd.fr