Daniel Kerdavid: Gentil marin-pêcheur
Publié le Dimanche 03 mars 2019
Au large de Quiberon cet homme pratique la pêche Ikejime pour ne plus jamais faire souffrir les poissons

Fils et petit-fils de pêcheurs bretons, Daniel Kerdavid a navigué en Écosse et en Islande avant de revenir poser des lignes au large des côtes bretonnes, au milieu des gros chaluts et des équipages de fileyeurs.  A la différence de ses confrères , il pratiques une pêche bien différente emprunté aux Japonais: l'Ikejime.

 

L'Ikejime – qui se traduit par « mort-vive » – est une méthode d’abattage qui garantit au poisson une mort rapide et sans souffrance. Le pêcheur achève l’animal d’un coup de couteau vif entre les deux yeux, puis vient finir d’annihiler les connexions nerveuses en passant un câble métallique le long de sa colonne vertébrale. En plus d’une fin digne, l’ikejime offre au poisson une chair au goût incomparable.

 

Aussitôt pêchés, les lieus jaunes, tacauds, congres, chinchards, dorades grises, merlans et autres gadidés qui constituent l’essentiel de sa pêche sont aussitôt décérébrés.

En France, où la méthode Ikéjimé est encore intimiste, Daniel Kerdavid est considéré comme un pionnier auprès duquel on vient désormais se former. Depuis peu, il a développé une poissonnerie en ligne et peut honorer les commandes de chefs et de quelques amateurs de poissons éclairés qu’il livre partout en France en moins de 48 heures.