La robe de Brigitte Bardot dans "Et Dieu créa… la femme"

Publié le Mardi 25 juin 2019
L'élégance fifties revisitée
La robe de Brigitte Bardot dans "Et Dieu créa… la femme"

Le soleil de Saint-Tropez, une danse tam-tam mambo endiablée, la silhouette gracile et sensuelle de Brigitte Bardot sont autant de moments qui ont participé au mythe de « Et Dieu créa… la femme ». De mai à juillet 1956, le film de Roger Vadim se tourne sur la côte d’Azur, entre Nice, Saint-Tropez, Gassin, La Croix-Valmer et Ramatuelle. À l’époque, Saint-Tropez est encore « un village authentique loin de la foule déchaînée, plein de charme, de pêcheurs et d’accents du midi », selon les dires de B.B., que le film érigera en sex-symbol des années 60.

 

 

 

 

Ce statut, elle le doit à sa silhouette de naïade, à une danse inoubliable dans une boîte de nuit, mais aussi à sa garde-robe d’une incroyable simplicité, qui sculpte et souligne ses courbes tout au long du film. À tel point que celle-ci influencera les femmes de son époque, qui sont nombreuses à adopter ses célèbres ballerines.

 

En 2019, rien n’a changé (ou presque). Pour preuve, des marques se plaisent à réinterpréter certaines de ces pièces, à commencer par la marque Crista Seya. Connue pour son style tout en sobriété, la marque livre une version de la robe boutonnée de Bardot, qui se décline dans une version chemise plus ample, ceinturée à la taille — suffisamment légère pour affronter la chaleur méditerranéenne.

 

 

Robe chemise Crista Seya, 557 euros.